Forum RP sur le jeu vidéo en ligne : League of Legends. Jouez votre personnage préféré dans sa vie en dehors de la league. [NC -16]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jhin The virtuose.

Aller en bas 
AuteurMessage
Jhin

avatar


Personnage
Rôle: Tireur
Titre: The Virtuose
Devise: "In carnage, I bloom.... like a flower in the dawn."
MessageSujet: Jhin The virtuose.   Ven 18 Mar 2016, 19:53

Fiche de perso
★ Nom Jhin
★ Lieu de vie : Ionia
★ Caractère :

Mon mental ? En quoi cela peut-il intéresser des gens comme vous ? Quoi que je puisse dire, mon mode de fonctionnement ne pourra être compris. Certains vous diront que je suis un fou. En effet, j'aime tout ce que le commun des mortels répugne. Le sang coulant à gros bouillon, les cadavres joncheant le sol, les organes délicatement posé autour des corps sans vies de mes victimes... Je trouve cela magnifique.

Une personne censée aurait probablement tourné de l'oeil en découvrant mes passe-temps macabre. Ma foi, je répondrais qu'ils ne connaissent rien à la beauté. Ce que j'aime par dessus tout ? L'art. Ayant vécu dans ce milieu depuis ma tendre enfance de nomade, j'ai appris à apprécier tout ce qui touche à cela. Cependant, je ne recherche pas une belle pièce de théâtre ou un magnifique ballet. Non, ce que je recherche c'est la perfection que peut avoir un mort lorsqu'il à le malheur de rencontrer mes balles. Le sang qui gicle avec panache, le corps qui tombe graçieusement pour finir au sol, prenant la pose comme le ferait un artiste à la fin d'un spectacle...

Ce n'est pas pour me vanter, mais ces tableaux-là sont ceux qui produise le plus de sentiments auprès de mon public. Cependant, même si cela reste très beau à mes yeux, ce n'est pas le cas de certaines personnes qui rejette mes créations artistiques. Ils disent de moi que je suis un monstre, un psychopathe. Si je pouvais montrer des sentiments, je les aurais probablement regarder d'un air triste. Tout ce que je recherche est la perfection, ni plus, ni moins. Savoir que mon art n'est pas apprécier me fends le coeur.

Cependant, cela m'intéresse de savoir si ce que je fais est apprécié ou non. Si généralement ce n'est pas le cas, les échecs me font travailler plus dur. Ainsi, je persévère dans ce qu'ils apellent ma folie, créant des spectacles et tableaux plus macabres des uns des autres. Si je n'ai pas atteint la perfection, cela ne m'empêche nullement d'essayer d'y arriver même si cela me prend du temps. Quelque chose sans défauts ne s'obtient pas dans un claquement de doigt, aussi je n'hésite pas à toucher et à expérimenter plusieurs méthodes pour parfaire ce pourquoi je vis. Méticuleux je le suis à l'extrême. J'aime que tout se passe comme je l'entend. J'analyse mon environnement, étudie mes sujets de fond en comble pour ensuite me lancer et accomplir l'oeuvre que j'ai en tête.

J'ai besoin d'attention,  aussi ce que je fais me permet de me faire connaître. Cependant, même si tout le monde à Ionia a déjà entendu parler de moi, aucun êtres là-bas ne me connait aussi bien que ma personne. Peut-être est-ce que comme tout comédiens qui se respecte je porte un masque, que cela soit physique ou moral ? Je n'en sais rien. Cependant une chose est sûre, c'est que je ne laisse absolument personne indifférent et cela me comple de joie. Un artiste doit vivre de son art et tout faire pour que ce dernier soit le plus beau de tous, n'est-ce pas ?

Au fait , si mon sens moral est inexistant, il n'empêche que je reste une personne ayant des manières. Ainsi, je suis quelqu'un de fort réservé qui ne parle pas facilement aux autres. Ce n'est pas que je n'aime pas échanger quelques mots, cependant vous aurez de mal à me faire parler parce que je préfère ne pas me dévoiler. Un artiste garde son jardin secret secert, sinon cette expression n'aurait pas lieu d'exister. Malgré le fait que je sois distant en apparence, cela ne m'empêche nullement d'être courtois et amical avec ceux qui essaient de nouer un contact social avec moi. Par contre je me demande si des personnes ont un intérêt à se lier d'amitié avec un pauvre machiniste théâtral que je suis d'ordinaire...
★ Description physique :

...

Oui, je sais qu'essayer de parcer inaperçu est un peu difficile pour moi. Il faut avouer que ma taille est assez grande n'aide pas vraiment à me fondre dans la masse. Cependant, ce n'est également pas cela qui me démarquerait des autres, bien au contraire. En effet, mon visage est pourvu d'un masque qui dissimule à merveille mon visage. Seul mes yeux sont percevables derrière deux cavités creuses située un peu au dessu du centre de ce qui me tient de masque de théâtre.

Travaillant dans le milieu, mon style vestimentaire épouse parfaitement l'exentricité de mes pairs qui trouve leur place sur scène. Ainsi, je porte une espèce de large poncho de couleur blanche et rouge qui s'accorde  bien avec ce que je porte au visage, tandis qu'un simple pantalon style jeans de couleur noire me sert de bas.

Côté accessoires, je suis généralement avec mon fidèle gun nommé "Murmure", tandis que mon bras gauche arbore quelques pièces d'armures dorées qui me font ressembler à une espèce de robot, voir plutôt dans ce qui est mon milieu une marionette. Vous l'aurez forçément compris, même si je suis quelqu'un de plutôt discret, mon apparence ne plaide pas en ma faveur. Cependant, cette dernière reste plutôt effrayante lorsqu'on connait ce que je fais et généralement maintenant mon entourage me fuis dès qu'il m'aperçois dans les environs.

Histoire

Khada Jhin, Virtuose« L'Art requiert une touche de... cruauté. »

Jhin est un psychopathe méticuleux pour qui le meurtre est une forme d'art. Autrefois prisonnier de Ionia, mais libéré par des conspirateurs opérant au sein du conseil dirigeant du pays, ce tueur en série a désormais mis ses talents d'assassin au service de leur complot. Utilisant son pistolet comme un pinceau, Jhin crée des œuvres d'art empreintes de brutalité, aussi terrifiantes pour ses victimes que pour les témoins des ses crimes. Il tire un plaisir sadique de ses performances théâtrales, ce qui en fait un atout de poids quand il s'agit d'envoyer le plus puissant des messages : celui de la terreur.

Pendant des années, les montages du sud de Ionia ont été rongées par les méfaits du sinistre « Démon doré ». Dans toute la province de Zhyun, un monstre massacrait des centaines de voyageurs et parfois même les habitants de tout un hameau de fermiers, laissant derrière lui un spectacle macabre de corps sans vie. Plusieurs milices armées organisèrent des battues en forêt, certains villages recrutèrent des chasseurs de démons et des maîtres Wuju prirent même l'habitude de patrouiller sur les routes, mais rien ne semblait pouvoir mettre un terme aux agissements sordides de la créature.

En désespoir de cause, le Conseil de Zhyun envoya un représentant pour demander de l'aide au Grand Maître Kusho. En apprenant quel fléau semblait frapper la région, Kusho débita un faux prétexte et présenta ses excuses de ne pouvoir aider le conseil. Mais, une semaine plus tard, le maître, son fils Shen et son meilleur élève Zed se déguisèrent en marchands et se dirigèrent vers la province de Zhyun. Là, en secret, ils rendirent visite aux innombrables familles meurtries par les assassinats, examinèrent en détail les ignobles scènes de crime et tentèrent de faire émerger un schéma commun à tous ces meurtres.

Leur enquête dura quatre longues années avant d'arriver à son terme, et les trois hommes en furent changés à jamais. La chevelure rousse et flamboyante de Kusho devint blanche ; Shen, pourtant connu pour son esprit et son sens de l'humour, devint sombre et renfermé ; et Zed, l'étoile qui brillait au firmament des disciples du temple de Kusho, se mit à rencontrer des difficultés dans ses études. En découvrant enfin le motif commun à tous ces meurtres, le Grand Maître aurait prononcé les paroles suivantes : « Le bien et le mal ne sont pas des vérités absolues. Ce sont des concepts nés de l'esprit humain, et chacun en perçoit des nuances différentes. »
Narrée dans une large variété de pièces de théâtre et de poèmes épiques, la capture du « Démon doré » allait devenir le septième et ultime exploit de la carrière illustre du Seigneur Kusho. La veille du Festival du Lotus, dans le col de Jyom, Kusho se déguisa en calligraphe de renom pour se mêler aux autres artistes invités. Puis il attendit. Tout le monde supposait que seul un esprit maléfique pouvait être l'auteur de ces crimes horrifiants, mais Kusho avait compris que le meurtrier était un homme ordinaire. Le célèbre « Démon doré » n'était en fait qu'un simple machiniste travaillant au sein des théâtres itinérants et des opéras de Zhyun, sous le pseudonyme de Khada Jhin.

Lorsqu'ils appréhendèrent Jhin, le jeune Zed s'avança pour tuer l'homme misérable qui se recroquevillait de peur sous leurs yeux, mais Kusho s'interposa. Malgré l'horreur des actions de Jhin, le maître légendaire décida que le tueur devrait être capturé vivant et incarcéré dans la prison de Tuula. Shen exprima son désaccord, mais accepta néanmoins la froide logique du jugement de son père. Zed, perturbé et hanté par les scènes de meurtres dont il avait été témoin, se révéla incapable de comprendre ou même d'accepter ce geste de miséricorde. Dès lors, on raconte qu'un profond ressentiment naquit dans son cœur.

Malgré ses longues années d'emprisonnement à Tuula, les geôliers n'apprirent quasiment rien au sujet de l'homme poli et réservé qu'était Khada Jhin. Même son véritable nom demeure à ce jour un mystère. Mais au fil de son incarcération, les moines découvrirent en lui un élève très doué qui excellait dans de nombreux domaines, dont le travail du métal, la poésie et la danse. Pour autant, les gardes et les moines ne parvinrent jamais à le guérir de ses fascinations morbides.

En dehors de la prison, Ionia était en proie au tumulte, car l'invasion de l'empire noxien venait de plonger le pays dans une période d'instabilité politique. Sous les assauts de la guerre, la soif de sang de cette nation jusque-là paisible finit par se réveiller. La paix et l'équilibre que Kusho avait lutté pour préserver tout au long de sa vie volèrent en éclats tandis que des individus corrompus s'emparèrent du pouvoir et que des alliances secrètes commencèrent à s'affronter dans l'ombre pour asseoir leur domination. Cherchant désespérément à renverser le pouvoir des ninjas et des épéistes Wuju, plusieurs membres du conseil dirigeant se lancèrent dans une cabale pour libérer Jhin en secret et faire de lui leur nouvelle arme de terreur.

Désormais équipé des nouvelles armes de la forge de Kashuri et nanti de fonds pratiquement illimités, Khada Jhin a pu donner une nouvelle ampleur à ses « représentations ». Son travail a terrorisé de nombreux dignitaires étrangers ainsi que les sphères occultes de la politique ionienne, mais combien de temps encore un tueur en série tel que lui, qui a tellement besoin d'attention, sera-t-il satisfait de travailler dans les coulisses ?

Rien n'en est moins sûr, malheureusement.

Relation

- Shen

- Zed

Tout deux mes ennemis. Ces pseudo ninjas ont essayer de me faire exécuter suite à mes nombreuses représentations. Mais cela ne m'étonne pas, mon art particulier n'est pas quelque chose qui se fait apprécier des personnes sans ouverture d'esprit. Quant au second, il m'a privé de ma dernière oeuvre d'art qui consistait à abattre son père adoptif. Il va s'en dire que je vais m'occuper de lui à la place.


Invocateur
♣ Prénom : Audrey
♣ Pseudo : Mégapouêt
♣ Age : 24 ans
♣ Métier/Études : Formation en boulangerie/pâtisserie
♣ Passions : tir à l'arc, couture, rpg
♣ Où avez vous trouvé le forum ?: je suis déjà membre.
♣ Double compte ? Oui, d'Azir.
♣ Autre chose à dire? : Pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jhin The virtuose.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» chatte virtuose ...
» Baptême de Petite Constellation, Petite Nébuleuse et Petit Virtuose [MEMBRES]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life of Legends - RP LoL :: La Communauté :: Salle d'archives de l'institut de la guerre :: Feuilles Personnages :: Ionia-
Sauter vers: