Forum RP sur le jeu vidéo en ligne : League of Legends. Jouez votre personnage préféré dans sa vie en dehors de la league. [NC -16]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vivre, survivre.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vivre, survivre.   Jeu 13 Nov 2014, 20:46

[Suite d"Une peine méritée"]

Les quartiers pauvres de Piltover était exceptionnellement vides, pour un week-end ensoleillé. A cela, une raison très simple; les braves habitants des bas-fonds de la cité du progrès avaient été informé d'une explosion monumentale au centre de la ville et pour couronner le tout, il y'avait des morts, des blessés et du poison dans l'air. De quoi vous chambouler le plus sceptique des citoyens. Désormais, il n'y'avait plus qu'un duo qui avançait dans les rues, un duo certes bien mal en point mais bel et bien vivant, ce qui tenait du miracle à la vue des derniers événements.

Jamais voyagé ne lui eu semblé plus pénible. Sale jusqu'à la moelle, épuisée, Jinx tentait tant bien que mal de continuer à marcher. Il faut dire qu'elle n'avait pas réellement le choix, sur elle seule reposait la survie de sa compagne. Voilà de longues minutes qu'elle déambulait, ses armes raccrochées à leurs bandoulières, tenant fermement l'Exilée vacillante par la taille et la lame runique de sa main libre. Parfois, elle sentait le regard de sa compagne sur sa précieuse arme, visiblement plus inquiète pour elle que pour sa propre santé... Cette idée la faisait sourire, même gravement blessée, la jeune femme restait elle-même. Traverser une partie de la ville leur avait prit une bonne demi-heure, aussi ce fut avec une joie non feinte que la meurtrière accueillit la vue de l'auberge. A grand renforts d'encouragements, elle entraîna sa compagne à l'intérieur, s'arrêtant juste pour interpeller l'homme qui s'occupait des lieux. Il eu bien vite fait d'appeler un médecin avant de chercher une trousse de premiers secours, rejoignant les deux jeunes femmes qui avaient regagné leur chambre.
Là-haut, il aida la gâchette folle à nettoyer la blessure, qu'elle avait déjà pansé de façon à faire cesser l’hémorragie, lorsqu'elles avaient quitté la prison. Assise sur le lit où avait été couchée Riven, elle surveillait les moindres faits et gestes de l'aubergiste, serrant la main de l'Exilée, à deux doigts de pleurer. Il leva les yeux sur elle tout en remballant les pansements.

"Tu as encore fait une bêtise, toi."

Elle hocha la tête en reniflant avant de murmurer.

"Quand est-ce que le médecin arrive ? Et si il faut l'opérer, on va faire comment ? Et, et..."

Un autre petit reniflement et l'homme se pencha vers elle, la fixant de ses yeux aveugles comme si d'un coup, il avait retrouvé la vue.

"Ivy... tu vas devoir partir, emmène la avec toi si elle survit et fais un peu plus attention. Je vais avoir des problèmes si vous restez ici, tu comprends ?"

Jinx hocha la tête et suivit l'homme du regard tandis qu'il quittait la pièce. Quelques minutes plus tard, il était remplacé par un inconnu de grands taille, si grande taille qu'il dû se baisser pour entrer dans la pièce. Il s'assit aux côtés de l'Exilée et après une auscultation dans les règles, se tourna vers la criminelle.

"Un miracle, votre amie est chanceuse."

Il nota sur une feuille les différents soins à faire, comportant entre autres une transfusion de sang et surtout, la nécessité de surveiller de très près l'évolution de la plaie.
Une fois qu'il fut sorti, Jinx fila sous la douche puis revint se blottir près de Riven, n'osant faire plus qu'entrelacer ses doigts avec les siens.
Ce soir là, entre la vision des médicament et bandages posés sur la table de nuit et l'idée même de la souffrance que devait ressentir l'Exilée, un seul sentiment dévorait le coeur de la jeune fille. Le remord.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vivre, survivre.   Dim 16 Nov 2014, 01:13

La fin de l'expédition s'était déroulé comme dans un rêve. J'avais retrouvé Jinx dans le bureau de Caitlyn, celle ci avait jeté je ne sais quoi, et en quelques secondes la pièce s'était effondrée, réduite à l'état de poussière. Je sentait mes forces m'abandonner peu à peu ... La balle avait pénétré plus profond que je ne l'imaginais, et je luttais constamment pour ne pas perdre conscience. Malgré cela, je fini par m'écrouler dans les bras de Jinx. A partir d'ici, c'est le noir ... Seulement des bribes de souvenirs, Jinx qui me porte, l'auberge ... La lame runique.
Je sens mon corps qui s'écroule dans le lit. Le peu de vue qui me reste se trouble, et je me sens partir en arrière.


Le noir. Vide. Néant. Désespérément silencieux, et pourtant plein de mouvement. Etoiles, constellation, galaxie ... Myriade de points lumineux qui converge tous vers un centre inconnu, invisible, indéfini. L'espace d'un instant, deux yeux roses s'allument, une voix retentit ... L'image s'estompe. L'espace semble se refermer sur moi. Des voix étrangement familière résonne ça et la. Je tombe. La chute est dure, une pointe de douleur dans le dos. De nouveaux, ces deux yeux roses ...


Je me réveille en sursaut, en sueur. Par réflexe, je tente de me relever, mais la douleur me cloue au lit, m'obligeant à étouffer un cri aiguë. Mes muscles semblent paralysée par la douleur qui transperce ma colonne, qui se répand dans tout mon corps et m'envahit comme un poison violent.
Je ne sais pas si mes yeux sont aveugles ou si c'est encore la nuit, peut être un mélange de deux, toujours est il que je manque de m'étaler par terre pour me traîner jusqu'à la salle de bain. Chaque pas semblent rouvrirent mon dos déchiré, ravivant la torture inhumaine de la balle.
Je m'écroule dans le lavabo, à la recherche d'un filet d'eau, qui finit miraculeusement par arriver. Le liquide est comme un renouveau, et il me rafraîchit les idées. Je jette un coup d’œil rapide vers le miroir ... Mon reflet me ferait presque peur tellement je suis méconnaissable. Cheveux en bataille, teint de mort vivants, yeux fatigués ... J'essaie de me rappeler les derniers événements ... Mais c'est le noir complet. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis inconscient, ni ce qu'il s'est passé depuis. Je retourne en titubant dans la chambre, découvrant dans la lumière naissante de l'aube une Jinx encore endormie, roulée en boule sur le lit. Avec précaution, je retourne m'enfouir sous les couvertures, non sans que mon dos ne m'élance à plusieurs reprises, m'arrachant des petits cris incontrôlés. La douleur me tient en éveil quelques minutes, mais Morphée finit par m'ouvrir les portes d'un sommeil réparateur, portes que je franchis volontiers, souhaitant à tout pris échapper au tourment ...



Le deuxième réveil fut moins brutal. Le soleil était déjà haut dans le ciel quand je commençais à entrouvrir les yeux, éveillant la douleur en même temps que mes sens.
Je restait allongée un moment, sans apercevoir Jinx. Tout était encore flou dans ma tête ... Il me semblait pourtant l'avoir vu, cette nuit ... Ou n'était ce qu'un rêve? Impossible encore de trouver la frontière entre rêve et réalité. Sauf pour ... Une peur soudaine s'empare de moi. Ou est elle? Si elle à été laissée abandonnée dans les ruines de la prison ... Mon cœur fait un bond en apercevant la garde de l'épée runique, et, oubliant toute douleur, je me lève rapidement pour aller la chercher, serrant dans mes bras la lame chérie.
Toujours aucune trace de Jinx pour le moment. Je retourne m'allonger dans le lit, cherchant à minimiser la douleur, lorsque celle ci rentre dans la chambre. Le premier regard que nous échangeons est embarrassé ... Elle n'a pas l'air dans son assiette.
D'un geste de la main, je l'invite à venir s'asseoir sur le lit, et je murmure un faible "Merci ... De m'avoir ramenée." qui est suivi d'un lourd blanc angoissant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vivre, survivre.   Dim 16 Nov 2014, 19:36

Comme d'habitude, Jinx fut la première éveillée et comme d'habitude, elle chercha à s'occuper en attendant que l'Exilée ne la rejoigne. Une situation presque normale à l'exception près qu'en se levant, le regard qu'elle posa sur sa compagne était bien différent. En la voyant, là, elle sentit sa gorge se serrer. C'était sa faute et uniquement sa faute si elle était si gravement blessée.
Après quelques instants d'hésitation, la jeune fille fila s'habiller et uniquement accompagnée de Poiscaille, sortit de la pièce. Elle prit les escaliers de secours pour se rendre sur le toit du bâtiment, aménagé de façon à ce qu'il soit possible de s'y rendre. Et là, assise au bord du toit, elle alluma une cigarette et observa Piltover prendre vie, milles pensées tournant dans sa petite tête. Milles doutes acides, auxquels elle aurait aimé ne jamais accorder la moindre importance. Ainsi commença sa discussion avec son meilleur ami, son précieux lance-roquette. Lui exposant tous ses soucis, ses doutes et ses craintes, avec autant de sérieux que si il s'agissait d'un être humain.
Elle aimait Riven, oui, elle l'aimait de tout son coeur et c'était bien la première fois qu'elle s'attachait à quelqu'un. Mais en même temps, elle apprenait que cette relation entravait sa liberté et pire, elle mettait en danger celle dont elle était tombé amoureuse. Cette fois-ci, elles avaient eu de la chance mais la prochaine fois ? Allait-elle cesser d'être elle-même pour protéger sa bien-aimée ? Mais plus inquiétant, elle en venait à se demander si Riven allait lui pardonner cette erreur qui avait bien faillit lui être fatale. C'était quelqu'un de sensé et mature, combien de temps pourrait-elle encore supporter l'inconscience de la criminelle...
La criminelle en question en frémit, elle ne voulait pas d'une vie sans l'Exilée, maintenant qu'elle avait goûté au plaisir d'aimer et de l'être en retour, elle ne voulait pas retrouver sa solitude et encore moins laisser filer la combattante. Mais... ce n'était pas son devoir de la protéger, au lieu de la mettre dans des situations où elle risquait sa vie ? Encore une fois, Poiscaille lui fut d'excellent conseil et lorsqu'il eu terminé de lui répondre, elle amena ses genoux contre sa poitrine et réprima un sanglot, le cœur déchiré. Elle savait ce qu'elle devait faire.

Le soleil était déjà haut lorsqu'elle revint dans la chambre. Repousser le moment où elle allait devoir affronter l'Exilée n'était pas une excellente idée mais elle en avait eu besoin. Aussi, cette dernière était réveillée lorsqu'elle mit le pied dans le lieu qu'elles occupaient toutes deux. Elle vint s'asseoir à ses côtés mais sans oser la toucher, jouant nerveusement avec l'une de ses nattes. Quand Riven prit la parole, elle ne pu retenir un frisson et répondit à voix basse.

"Je sais pas pourquoi tu me remercies."

Ce fut ensuite le verni de ses ongles qui devint la cible de sa nervosité alors qu'elle soupirait et continuait sur sa lancée.

"J'ai un peu réfléchis et je crois que je suis pas faite pour vivre avec quelqu'un, ça fait quelques mois qu'on est ensemble et tu as déjà beaucoup trop risqué ta vie. Je sais juste m'occuper de Poiscaille, Bang-Bang et Zap et je suis incapable de te protéger alors que je t'..."

Sa voix se brisa.

"... enfin, bref, je vais quitter Piltover, c'est mieux pour nous deux. Mais si t'y es heureuse, restes y, je pense que c'est mieux que d'errer."

D'un mouvement, elle fut à nouveau debout pour chercher les bandages et médicaments déposés sur la table de chevet. Elle semblait farfouiller afin de prendre ce dont elle avait besoin alors qu'en réalité, elle tentait de se reprendre, respirant profondément pour se calmer. Une fois qu'elle fut à nouveau présentable, elle se tourna vers l'Exilée, lui offrant un pauvre sourire.

"Mais t'inquiètes pas, je vais rester jusqu'à ce que tu ailles mieux, pas question que tu restes seule dans ton état."

Plusieurs compresses et bandages à la main, elle s'agenouilla derrière la jeune femme pour vérifier si ses pansements avaient besoin d'être changés et jugeant que ce n'était pas nécessaire pour le moment, elle se contenta de lui glisser une pilule dans la main.

"Anti-douleur, ça devrait te soulager, enfin, d'après le médecin. Je vais aller te chercher de l'eau et de quoi manger..."

Joignant le geste à la parole, elle quitta la chambre, refermant la porte avec un dernier regard vers l'intérieur. Une fois sortie, elle tomba à genoux et pleura toutes les larmes de son corps, silencieusement, une main plaquée contre la bouche. Elle venait de faire une croix sur ce qu'elle aimait le plus au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vivre, survivre.   Mer 19 Nov 2014, 20:03

Le lourd silence, presque étouffant, fut brisé par une voix qui l'était tout autant, un murmure presque inaudible, mais pourtant lourd de conséquence, comme annonciateur de la suite, qui n'allait pas tarder. Mon cœur se brisa un peu plus à chaque nouveau mont prononcé par la jeune femme, et je sentit ma gorge se serrer, mon estomac se nouer. Je n'eu pas le courage de prononcer le moindre mot ... Je n'aurais probablement pas pu. Lentement, j'essayais d'accepter la nouvelle, réprimant un sanglot, encore sous le choc. Le temps fila comme un éclair, et je n'eu pas le temps de retenir Jinx alors qu'elle franchissait la porte.
Je restait figé, incapable de faire le moindre geste. Si la balle me perçait le dos, les quelques phrases de Jinx avaient suffis à me transpercer le cœur avec bien plus de violence et de douleur.
Je ne put retenir les larmes plus longtemps, m'effondrant physiquement aussi bien que mentalement. Pourquoi la, pourquoi comme ça ... Pourquoi ça?
Je n'arrivais plus à raisonner, plus à réfléchir, seulement prise par les émotions, hantée par les paroles de Jinx. Maîtriser ses émotions , m'avait il appris à Noxus ... Épreuve impossible dans des circonstances pareille. Secouée de sanglot, les larmes continuait de rouler, chacune d'elle emportant une partie de la tristesse, ne laissant qu'un vide affreux à la place, plus horrible encore que le désespoir qui me rongeait le cœur.
Une multitude de pensée contradictoire se mit à m'assaillir ... Mais un seul mot les liaient entres elles. Jinx. Qu'est ce qui l'avait poussée à ... La culpabilité?
La vie avait la criminelle n'avait pas été facile à accepter ... L'attitude de la jeune femme, bien que joyeuse et pleine de vie, m'avait mis en danger à plusieurs reprises ... Non seulement ma vie, mais aussi mes principes. Il fallait se rendre à l'évidence ... Jinx est une criminelle en activité, j'en suis une à la recherche de pardon et de rédemption. Les deux ne sont naturellement pas compatible. Et pourtant ... Une discussion sur les plages de Bilgewater me revint ... "Le passé, comme son nom l'indique, n'appartient plus au présent, et encore moins à l'avenir." avait il dit, "Commence par croire que tu peux réussir. Je ne garanti pas que tu y arriveras, et je ne prétends pas que c'est simple, mais au moins tu auras la conviction d'essayer de t'en sortir, plutôt que de te laisser sombrer en geignant que couler n'est pas ce que tu veux." Ces quelques mots résonnaient dans ma tête, prenant de l'ampleur, jusqu’à étouffer les hésitations, les contradictions, jusqu'à étouffer les pleurs même aussi. Vivre le présent ... Question cruciale en de telles instants. Mon cœur trouva la réponse de lui même, obligeant mes jambes à se mouvoir seule. Sortir de la chambre. Retrouver Jinx ...
Elle était recroquevillé à coté de la porte, dans le coin du mur. Les derniers morceaux de mon cœur volèrent en éclats. Je m'agenouillais à coté d'elle, en silence, le calme seulement troublé par les sanglots étouffés de Jinx. Timidement, hésitante, je passais une main dans son dos, l'attirant doucement contre moi.

"Jinx ..." murmurais je "Je ... Je ne peux pas te retenir ... Mais ... Mon je le souhaite de tout mon cœur." achevais je, ma voix se brisant sur les derniers mots. Ma tête s'écroula, et je m'enfoui dans le cou de Jinx, retenant un sanglot, avant de reprendre la voix amère: "Pourquoi ... Pourquoi souhaite tu ça ... Pourquoi veux tu partir ... Tu ... N'a pas à t'en vouloir. Je me fout de risquer ma vie, car elle n'a plus de sens sans toi ..." murmurais je, ajoutant plus bas encore "Ne pars pas."
Je restait la, sans dire mot de plus, seulement en attente angoissé d'une réponse que je n'aurais peut être jamais eu envie d'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vivre, survivre.   Jeu 20 Nov 2014, 20:16

Dans ses souvenirs, la dernière fois qu'elle avait pleuré de la sorte remontait à loin, très loin. Il lui arrivait de se laisser aller aux larmes, surtout depuis qu'elle était avec Riven mais avant cette relation, elle n'avait jamais eu de bonne raison d'être malheureuse à ce point. La douleur, physique comme mentale lui était habituelle, aussi elle s'en était accommodé, avait vécu avec sans la remettre en question, sans même chercher à s'en débarrasser. Mais maintenant... Maintenant, elle subissait les dégâts que causaient cette situation en sachant très bien qu'elle en était la seule origine.
Comme dans un rêve, elle sentit une présence à ses côtés, la chaleur d'un corps pressé contre le sien, la douceur d'un souffle contre sa peau. A travers le brouillard que formait ses larmes, le visage de l'Exilée lui parvint et c'est dans ses bras qu'elle se calma enfin, écoutant silencieusement ce que celle qui fut sa compagne avait à dire. Longtemps après qu'elle se fut tue, elles demeurèrent tout de même enlacées, profitant de cette étreinte sans savoir si il s'agissait d'un adieu ou d'un nouveau départ.
Elles finirent par se séparer, sans ajouter mot. La criminelle se leva, tendant la main à Riven pour qu'elle en fasse de même et l'accompagna à nouveau dans le chambre, jusqu'au lit, attendant patiemment qu'elle retourne se coucher. Ensuite, elle quitta la pièce pour chercher du thé à la pêche et un plateau empli d'une multitude de biscuits, remontant les escaliers les bras chargés de ses trouvailles. Elle déposa le tout sur le lit inoccupé depuis leur arrivé, où étaient entassés vêtements, douilles et prototypes d'armes. Les mains encore tremblantes, elle rempli une tasse qu'elle tendit à sa partenaire afin qu'elle prenne son médicament et reprit la parole.

"J-je dois réfléchir, de toutes façons je resterais avec toi jusqu'à ce que tu sois vraiment rétablie. Tu t'es quand même pris une balle dans le dos..."

Elle soupira, croisant les bras devant sa poitrine.

"M-mais si on reste ensemble... Je peux pas m'empêcher d'avoir peur pour toi, j'arrive pas à te protéger et ça me rend... folle."

S'installa un silence inconfortable. Il n'y'avait rien de plus à ajouter, juste à attendre, seulement attendre qu'une décision soit prise.


Les jours, les semaines passaient, longues et douloureuses. Jinx ne parvenait pas à agir naturellement, passant son temps à "discuter" avec Poiscaille, ne revenant vers l'Exilée que pour l'aider, surveillant sa blessure de près. La nuit, elle désertait l'auberge pour traîner dans les rues, seulement accompagnée de Zap. Durant ces petites virées nocturnes, les morts s’enchaînaient mais elle rentrait toujours amère, le sang n'avait plus aucune valeur à ses yeux.
Le second lit avait été débarrassé de sa charge et désormais, elle y dormait, juste deux ou trois heures avant le lever du soleil.
Mais toujours, avant de s'endormir, elle prenait le temps de veiller sur le sommeil de Riven, assise au bord de son lit, l'admirant dans l'obscurité de la pièce. Depuis leur discussion, elles avaient à peine échangé quelques mots et plus le moindre geste. Alors, lorsque personne ne pouvait la voir, elle embrassait la joue de la jeune femme endormie, lui faisant 1000 promesses surréalistes à voix basses. Cette dernière guérissait, de façon presque miraculeuse. Le jour où le médecin la déclara rétablie, les sentiments de Jinx étaient plutôt flous. La joie de savoir que c'en était fini avec pour seul souvenir, une cicatrice mais aussi la tristesse. Il fallait qu'elle prenne une décision.

Le soir même Riven pu trouver sur son oreiller un papier, où étaient dessinés plusieurs lapins blancs, des nuages bleus et quelques mots griffonné à la va vite.

"Je reviendrais."

[A suivre dans un autre topic...]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vivre, survivre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vivre, survivre.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut vivre.
» DARLING petit bichon facile à vivre (78) ADOPTE
» L'art de bien vivre à Versailles [PV Henriette d'Angleterre]
» Etiquette et savoir vivre
» Vivre parmi les fantômes... [Sleep =) ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life of Legends - RP LoL :: RPG :: Faubourgs alentours-
Sauter vers: